Choquette, Adrienne

Hommage à… – Adrienne Choquette 1915-1973

Journaliste-romancière

Adrienne Choquette, fille du Dr.Henri Choquette, fait ses premières armes dans l’écriture en 1933, à l’âge de 18 ans, en publiant un article
dans le journal Le Bien Public de Trois-Rivières.

Entre 1937 et 1948, elle est très active sur les ondes de la nouvelles station radiophonique CHLN de Trois-Rivières.
En 1942, elle en devient même le pilier. Elle cumule les fonctions de script, d’animatrice, de speakerine et de réalisatrice de ce poste de
radio en plus d’être responsable de la rédaction des textes publicitaires. Ces onze années passées à CHLN font d’elle un chef de file du
journalisme au féminin du Québec.

En 1939, elle publie au Bien Public, son premier livre « Confidences d’écrivains canadiens-français » qui est le fruit d’une enquête
littéraire auprès de 33 écrivains québécois, 24 hommes et 9 femmes. En 1948, elle quitte Trois-Rivières, pour la ville de Québec où elle
entre au Ministère de l’Agriculture à titre de co-rédactrice, puis de rédactrice de la revue « Terre et Foyer ». elle y demeurera jusqu’en
1970.

Elle s’est mise à publier, en 1948, un premier roman « La Coupe Vide ». En 1954m elle publie un recueil de nouvelles « La nuit ne dort pas »
pour lequel elle reçoit le prix Athanase David et , en 1961, un autre roman, « Laure Clouet », un petit bijou, lui mérite le prix du Grand
Jury des Lettres. « Le temps des villages », publié à titre posthume, est aussi le nom d’un « Gîte du passant » installé dans l’ancienne
résidence d’été des Choquette à « Almaville-en-Bas », aujourd’hui dans le secteur de Shawinigan-Sud de la nouvelle ville de Shawinigan.

Adrienne Choquette est décédée à Québec en 1973 à l’âge de 58 ans.

Depuis, la Société des écrivains canadiens de langue française a créé Le Prix Adrienne-Choquette pour récompenser nos auteurs d’œuvres
notoires.