Vous êtes ici :   Accueil » Grondin, Gilles (1943-2005)
 
 
 
Administration
 ↑  
Activités
Publications
 ↑  
Bibliothèques
 ↑  
Mémoires Revisitées
 ↑  
Généalogie

Bibliothécaire, maire et député

La toponymie sert souvent à honorer la mémoire d’une personnalité qui a contribué au

développement de son milieu.

gillesgrondin_rue.jpgSuite à la recommandation de la Commission de toponymie de la Ville de Shawinigan, le 8 mars 2010, suivi d’une résolution du Conseil municipal, le 10 mai de la même année, la Commission de toponymie du Québec officialisait l’odonyme rue Gilles-Grondin, le 9 février 2011.

La nouvelle rue est située dans un récent développement domiciliaire dans

le secteur Shawinigan-Sud : le Boisé Saint-Mathieu.

Gilles Grondin est né dans la paroisse Sainte-Jeanne-d’Arc de Shawinigan-Sud, le 3 février 1943. Il est le fils d’Armand Grondin (1909-1989) et de Doria Demontigny (1912-1986). Il a une sœur, Lise (mariée à Louis-Georges Lefebvre) et un frère, Raymond.

gillesgrondin.jpgMonsieur Grondin épouse Monique Bacon le 18 juin 1966 à l’église de son baptême. Celle-ci est la fille de Jérôme Bacon et d’Yvonne Gauthier. Leurs enfants se prénomment Michèle et Jean-François et leur petit-fils Anthony.

Il a fait ses études primaires à l’École Saint-Georges de Shawinigan-Sud et son cours classique de 8 ans au Séminaire Sainte-Marie de Shawinigan. Il entreprend ensuite ses études universitaires en bibliothéconomie à l’Université de Montréal.

Il débute sa carrière professionnelle de bibliothécaire au Séminaire Sainte-Marie, son alma mater, en 1965 et y travaille jusqu’en 1968, alors que l’institution se transforme et devient une partie du nouveau Cegep de Shawinigan. Il sera directeur de la bibliothèque du collège de 1968 à 1973, directeur du centre des médias de 1973 à 1980, puis assumera par la suite le poste de directeur des services aux étudiants de 1980 à 1986. Après son séjour à la Chambre des communes et son retour au Cégep en 1988, il devient directeur des services aux étudiants et à la communauté, et directeur des communications. Il prendra sa retraite de cet établissement scolaire en 1994.

A l’âge de 34 ans, Gilles Grondin est devenu le 5è et plus jeune maire de la Ville de Shawinigan-Sud le 3 novembre 1977 et occupera ce siège au cours de deux mandats, soit de 1977 à 1985. Il a également brièvement siégé comme député libéral fédéral de Saint-Maurice, après la première retraite politique de Jean Chrétien, du 29 septembre 1986 au 21 novembre 1988. C’est dans la section politique qu’il est intronisé « Grand Shawiniganais » en 1999.

On ne compte plus ses nombreuses implications sociales avec des organismes tels que Centraide Mauricie, la Chambre de commerce, le Club Optimiste, Les Jeux du Québec de 1991 (directeur de la centrale administrative), etc. Il sera élu Personnalité de la décennie 1980 par la Chambre de commerce de Shawinigan/Shawinigan-Sud. En 1989, la ville de Shawinigan-Sud le nomme Citoyen d’honneur. Et en 1985, les Amis du sport de Shawinigan-Sud lui décernent le prix de « Supporteur du sport ».

En mars 1994, il reçoit le verdict médical suivant : il est atteint du myélome multiple ou cancer de la moelle osseuse. Il mènera son combat dignement, longuement, (onze ans), avec toute la détermination dont il a toujours fait preuve dans ses nombreux défis. Il décède le 18 juillet 2005, à l’âge de 62 ans.

« C’était un gars humain, ouvert, qui était à l’écoute des autres. Il était très apprécié par la population » a lancé Charles Mills, ancien directeur général de Shawinigan-Sud, qui a côtoyé Gilles Grondin lors de ses huit années à la mairie, au journaliste venu l’interroger au lendemain de son décès.

Source : Les Écrits de monsieur Henri Lapointe, Volume 1, pages 76 et 78, SHGS 1999.

Le Nouvelliste, 20 juillet 2005

Omer Lemay, le 18 février 2012
 


Date de création : 06/12/2015 @ 20:47
Catégorie : Mémoires Revisitées - En hommage à ...