Vous êtes ici :   Accueil » Cadorette, Moïse (1885-1978)
 
 
 
Administration
 ↑  
Activités
Publications
 ↑  
Bibliothèques
 ↑  
Mémoires Revisitées
 ↑  
Généalogie
 ↑  

mc2.gif    Fils de Thomas Cadorette et de Marie Tessier, Moïse est né le 24 mai 1885 et fut baptisé à Saint-Jacques-des-Piles, car il n'y avait pas d'église à Saint-Roch-de-Mékinac. Il n'y avait pas d'école non plus. Vivant sur les bords de la rivière Saint-Maurice, dès son plus jeune âge il fait l'apprentissage de la navigation et occupe différents emplois sur ce cours d'eau et ses affluents. En 1905, on lui confie l'approvisionnement des chantiers lors de la construction du chemin de fer Transcontinental de Grand-Mère vers l'Abitibi. Ensuite, il vient travailler à Saint-Jean-des-Piles, sous la supervision d'un architecte naval chargé de la construction de bateaux pour le compte de l'entrepreneur Jean-J. Crête.

    En 1909, il épouse Rose Alba (Rosa), la fille du forgeron Rodolphe Vaillant et s'établit dans le village. Pour acquérir la maîtrise de son métier de menuisier, il tavaille d'abord deux ans chez Ludger Neault avant de s'installer à son compte comme menuisier-charpentier et de louer une boutique de menuiserie qui appartenait à Wilfrid Deschênes.

    En 1920, il construit sa propre manufacture, sans machinerie.  Seulement le rabot, la plane, ses dix doigts et beaucoup d'ingéniosité. Pour boucler le budget, Maman Rosa garde des pensionnaires. En 1930, la jeune entreprise Moïse Cadorette fournit diverses embarcations, pour les compagnies forestières ainsi que des rames et des avirons.  En 1935, Moïse et son fils Paul fabriquent le premier moule pour la construction de canots de toile et de cèdre et fondent la première usine de canots et d'embarcations légères en Maurice sous l'appellation de Canots Cadorette.

    Après l'incendie de l'usine en 1954 et la dissociation de son fils Paul, il reconstruit la manufacture et reprend les opérations sous le nom de Moïse Cadorette Inc. avec l'aide, cette fois, de son gendre Louis Lizotte.

    Moïse Cadorette a marqué l'hisoire de Saint-Jean-des-Piles. Il en restera toujours une figure légendaire, particulièrement aux yeux de tous ceux qui ont travaillé pour lui et qui se souviendront longtemps du "Père Moïse" comme ils le surnommaient affectueusement.

    Aujourd'hui, les produits Cadorette sont offerts sur le marché mondial en liaison avec Internet, via Cadorette-Marine, propriété des frères Ayotte : Serge, Sylvain, Yves.

Tiré du livre  « Entre la rive et le destin. St-Jean-des-Piles 1897-1997 ».  Imprimerie Paquette 1997.

Recherches :  André-Jean Bordeleau


Date de création : 06/12/2015 @ 19:07
Catégorie : Mémoires Revisitées - En hommage à ...