Vous êtes ici :   Accueil » Thibeault, Albert (1894-1968)
 
 
 
Administration
 ↑  
Activités
Publications
 ↑  
Bibliothèques
 ↑  
Mémoires Revisitées
 ↑  
Généalogie
 ↑  

Ingénieur électrique, industriel et homme publique

albert_thibeault.jpg
Monsieur Albert Thibeault est né à Saint-Narcisse, dans le comté de Champlain, le 25 février 1894. Il est le fils de Napoléon Thibeault et de Cléophée Gervais. Marié en 1919 à Éva Arsenault, le couple aura 4 enfants, soit deux garçons et deux filles.

Il arrive à Shawinigan Falls en 1902, puis déménage à Grand-Mère en 1914. Son père, menuisier, l’inscrit d’abord à l’école des Frères de l’Instruction chrétienne, puis à l’École Technique de Shawinigan. A la suite de ses études universitaires effectuées par correspondance, il obtient son diplôme en génie électrique en 1917.

Il entre au service de la Laurentide Power Company, filiale de la papetière du même nom, pour une période de onze ans, soit jusqu’en 1928. Rappelons que la centrale hydroélectrique de Grand-Mère fut construite durant la période de 1912 à 1919.

Nous le retrouvons à l’emploi de la nouvelle Consolidated Paper (division Laurentide) au cours des 5 années suivantes. Il se taille une solide réputation d’administrateur et se lie d’amitié avec les hauts dirigeants de la Compagnie. Il met son talent au service de l’entreprise et invente un outil capable de mesurer l’épaisseur d’une feuille de papier en cours de fabrication.

L’industriel chevronné

En 1933, une nouvelle entreprise, la Grand-Mère Knitting Co. Ltd débute ses opérations. Le président est F.A. Sabbaton, le vice-président est Albert Thibeault et le trésorier George Chahoon Jr. Monsieur Thibeault assume également la gérance de l’entreprise industrielle. Il en devient le président en 1941.

Il n’a jamais eu peur d’innover. Et cette audace aura certes valu à cette manufacture des succès fort enviables. A preuve, grâce à la confection de gants et de mitaines en laine d’angora tricotée à la machine et par des brodeuses domestiques, l’entreprise devient ainsi en peu de temps la seule industrie en Amérique de Nord à s’attaquer à pareil défi. Rapidement, la production s’accroît.

Si bien, qu’en 1938, la Grand-Mère Knitting Co. Ltd se voit contrainte d’aménager dans un local plus spacieux. Même qu’au sommet de la production, on compte plus de 2400 femmes qui travaillent à l’assemblage des gants à la maison dans 29 municipalités différentes. Les produits sont très en demande et ils sont même cités dans la prestigieuse revue américaine « Vogue ».

En 1945, monsieut Thibeault met sur pied une autre entreprise industrielle : la Grand’Mère Handcraft. Il s’agit d’une filature où l’on mélange soigneusement la laine, l’angora, le poil de lapin, le nylon, le cashmere dans des proportions secrètes, fruits de longues recherches, pour obtenir des fils uniques qui permettent la fabrication de produits remarquables.

L’industrie textile est alors une importante composante de l’activité manufacturière dans la ville de Grans-Mère.

En 1947 ses pairs l’élisent Président général de l’Association professionnelle des Industriels.

L’homme publique

Parallèlement à ses activités d’industriel, monsieur Thibeault mène une vie publique très intense.

Au plan municipal, il siège à l’Hôtel de ville de Grand-Mère à titre d’échevin (conseiller municipal) pendant une vingtaine d’année, soit de 1931 à 1951. Il brigue ensuite le poste de maire en 1951. Il affronte un adversaire de taille en la personne du financier Florido Matteau, courtier en valeurs mobilières. Il l’emporte par 28 voix de majorité. Il remplit un terme de deux ans, de 1951 à 1953, devenant le 17è maire de la municipalité.

Au plan scolaire, le voilà commissaire d’écoles pendant cinq ans, soit de 1937 à 1942.

Au plan social, il est président de la Chambre de Commerce de Grand-Mère de 1935 à 1939, et président honoraire de la Fédération des Chambres de Commerce des Jeunes de la Province de Québec. Il participe aux activités de plusieurs clubs sociaux, tel le Club Rotary du Canada, le Laurentide Social Club, le Club de chasse « Waskok », le Bengor Fishing Club, le Club de Curling de Grand-Mère, les Chevaliers de Colomb, etc.

Sa plus grande réalisation sociale se matérialise en 1932 alors qu’il inaugure les Jardins Ouvriers Municipaux de la Province de Québec, grâce auxquels les chômeurs du temps vont pouvoir manger, car nous sommes au plus fort de la fameuse crise économique des années 1930.

Reconnaissance

En 2008, la ville de Shawinigan procède à la dénomination des parcs industriels des différents secteurs. Considérant la grande implication économique et sociale de monsieur Albert Thibeault dans l’ancienne ville de Grand-Mère, son nom s’impose d’emblée pour désigner le parc industriel au nord-ouest de l’autoroute 55, le long de la 4e Rue, de la 28e Avenue à la 32e Avenue.

Source : Revue Commerce : M.Albert Thibeault, l’homme du mois, Février 1952

Omer Lemay, le 6 mai 2009


Date de création : 07/12/2015 @ 20:25
Catégorie : Mémoires Revisitées - En hommage à ...