Vous êtes ici :   Accueil » Biermans, Hubert (1865-1953)
 
 
 
Administration
 ↑  
Activités
Publications
 ↑  
Bibliothèques
 ↑  
Mémoires Revisitées
 ↑  
Généalogie
 ↑  

Au début de l’année 1948, à l’occasion de l’inauguration du nouvel hôtel de ville, le Conseil municipal décidait d’honorer deux  personnalités dont les activités avaient considérablement contribué au développement de Shawinigan. Cette heureuse initiative était sans précédent dans l’histoire de notre ville et c’est avec plaisir que la population accueillit la nomination de M. Hubert Biermans et James Wilson comme citoyens d’honneur de Shawinigan.

Voici un résumé de la vie de Monsieur Biermans.

biermans.jpgNé à Herkenbosch, en Hollande, aux premières heures du premier janvier 1865, il fit ses études en Belgique et dès 1885, il partait pour la Corse, pour le compte de la Compagnie des Chemins de Fer Départementaux.  En 1888, il fut transféré en Algérie pour la même compagnie et il dirigea l’achèvement de la construction du chemin de fer de Mostagenem à Thiaret. En 1889, il partait pour le Congo Belge où, il travailla à la construction du chemin de fer de Matadi à Léopoldville. Lorsque cette voie ferrée fut achevée en août 1898, il se rendit à Manille, aux Philippines, pour les travaux préliminaires d’un chemin de fer; les troubles et la révolte qui y sévissaient empêchèrent la réalisation de ce projet.

Il est arrivé à Shawinigan en fin d’année 1900, avec la mission de liquider, au nom des financiers belges qui avaient perdu confiance dans l’usine Belgo, qui bien qu’inopérante, éprouvait de sérieuses difficultés.  Grâce à ses grands talents d’administrateur et à sa vaste expérience comme ingénieur, il a su éviter la fermeture de l’usine à papier et en faire une industrie florissante.

Avec les années, il en était devenu le principal actionnaire et sa sage gestion lui avait permis de se constituer une enviable fortune.  Lorsqu’il quitta Shawinigan en 1926, après avoir vendu ses intérêts, il fut le héros d’une fête à laquelle participa toute la population. Au cours de son séjour de vingt-cinq ans à la direction de l’usine, il avait su conquérir l’estime et le respect de tous. On l’avait surnommé "Le Père de la Belgo" et "Le Bienfaiteur de Shawinigan" à cause de sa grande générosité.

La cité de Shawinigan a profité des largesses de M. Biermans et de ses légataires. La nomenclature suivante, bien que non complète, est pourtant fort impressionnante :

La Société d’assistance aux vieillards de Shawinigan (le Samaritain) 261,000.$­­­­­

Le Séminaire Sainte-Marie 100,000.$­­­­­

L’Association des Anciens de Shawinigan 25,000.$­­­­­

La Sociétédes Bourses d’Études à Shawinigan 5,000.$­­­­­

Les missions Africaines de Shawinigan15,000. $­­­­­

L’Hôpital Sainte-Thérése 50,000.$­­­­­

L’Hôpital Joyce de Shawinigan 25,000.$­­­­­

L’Évêché de Trois-Rivières pour l’achat d’un terrain à Shawinigan-Sud, pour école 15,000.$­­­­­

Il fit également de nombreux dons à des organismes extérieurs.


M. Biermans avait épousé en 1907 Madame veuve Remacle, née Berthe Lapôtre.  Le mariage Biermans-Lapôtre demeura stérile.  Monsieur Biermans est décédé à Monte-Carlo, principauté de Monaco, le 13 févier 1953, à l’âge de 89 ans.  À sa demande, il a été inhumé au cimetière Morlawez, près de Bruxelles, en Belgique.  Il y rejoignait son épouse, décédée à Bruxelles en septembre 1950,à l’âge de  81 ans.


Pour perpétuer le souvenir de Hubert Biermans à Shawinigan, une plaque commémorative avec son effigie a été érigée à proximité du foyer Dehauffe, sur la Promena de Saint-Maurice et un Boulevard porte son nom à la croisée de la rue Des Hêtres juste avant le secteur Grand-Mère.

Source : Shawinigan depuis 75 ans. Fabien La Rochelle. 1976

Recherche: André-Jean Bordeleau.


Date de création : 06/12/2015 @ 09:21
Catégorie : Mémoires Revisitées - En hommage à ...