Vous êtes ici :   Accueil » Pronovost, André (1936-....)
 
 
 
Administration
 ↑  
Activités
Publications
 ↑  
Bibliothèques
 ↑  
Mémoires Revisitées
 ↑  
Généalogie
 ↑  

Hockeyeur shawiniganais comptant 4 Coupes Stanley à son palmarès

Vendredi le 4 décembre 2009, le Canadien de Montréal célèbre en grand au Centre Bell de Montréal, son centenaire. Parmi les anciens joueurs présentés à la foule, il y a un des nôtres, l’ancien chandail no 23.  Pourquoi ne pas se remémorer sa carrière!

Ancien glorieux, il est revenu dans son patelin d’origine pour y vivre sa retraite en 1998. A 73 ans, il pratique encore son sport préféré dans une ligue d’aînés ou Old Timers et  fréquente assidûment  les séances de patinage libre dans nos arénas de Shawinigan et Shawinigan-Sud. Il y a un an, il était sur la glace du tout nouveau Centre Bionest, portant son chandail du Canadien, lors de la journée populaire d’inauguration du nouvel amphithéâtre.

UNE CARTE-SOUVENIR

andrepronovost.jpgJe conserve dans mes archives une carte de hockey d’André Pronovost. Elle a une valeur particulière, car elle me fut donnée sur la patinoire extérieure du parc André-Yvon-Perreault,  le Jour de l’An 2005, alors qu’il y patinait en compagnie des membres de sa famille.  Il était en visite chez sa sœur Liliane, épouse de Yvon Hamel, mes voisins immédiats (cours arrières adjacentes). Mon petit-fils de 5 ans Samuel  Gervais qui commence à s’éveiller au monde du hockey a également bénéficié de sa générosité et a été très impressionné de rencontrer quelqu’un portant au doigt une bague de la fameuse Coupe Stanley.

Fils de Wellie Pronovost et Blanche Déry, André Pronovost naît le 8 juillet 1936 dans la grande maison, qui fut longtemps verte, près du sommet de la côte de Belgoville, à l’entrée de la rue Saint-Louis. Par la suite, ses parents déménagent dans le bas de la paroisse. Il commence à patiner sur le tard, à 11 ans, parce qu’il n’a pu avoir de patins avant cet âge, leur coût étant élevé. André Pronovost fréquente toutes les glaces disponibles pour s’exercer au jeu qui allait devenir  son métier.

Après une neuvième année au collège Dominique-Savio de Belgoville, voici André Pronovost à l’école supérieure Immaculée-Conception, voisine de l’aréna Jacques-Plante, où il étudiera en 10è année en 1951-52.

apronovost_its.jpgL’année suivante, il se dirige vers l’école technique ou Institut de technologie de Shawinigan  de la rue de la Station.  Il joue à l’aile gauche avec Duncan Fraser au centre et Yvon « Baba » Pruneau à l’aile droite.  Son équipe juvénile atteint la finale provinciale en cette saison 1952-53.  L’événement a lieu au Forum de Montréal et Sam Pollock remarque son talent et le recrute pour le Canadien Junior de Montréal. Il est nommé recrue de l’année en 1953-54 avec cette puissante équipe. Il y fera ses classes pendant 3 ans.  A sa sortie des rangs juniors en 1956, il joue 6 parties avec les Cataractes de Shawinigan de la Ligue Senior professionnelle, puis la direction du Canadien l’appelle au sein de la grande équipe afin qu’il y déploie toute son habileté.

LE HOCKEYEUR PROFESSIONNEL

André Pronovost  joue pour le grand club des Canadiens à la glorieuse époque 1956-60 alors qu’ils remportent 5 Coupes Stanley consécutives. André participe aux victoires à 4 reprises.

Il joue 290 parties régulières avec le Canadien, comptant 48 buts et récoltant 61 aides pour un total de 109 points.  Son gardien de but est Jacques Plante, à la défense nous retrouvons  le trifluvien Jean-Guy Talbot et à l’offensive les vedettes : Maurice et Henri Richard, Jean Béliveau, Bernard Geoffrion, etc. André Pronovost forme la « Kid Line » ou le 3è trio défensif du club en compagnie de Phil. Goyette et Claude Provost.

Son salaire annuel sera de 7 000$­­­­ pour la saison 1956-57. En comparaison, Mauricie Richard gagne 12 000$­­­­ au cours de la même saison.

Le 27 novembre 1960 il subit le choc de sa vie de jeune hockeyeur. Il est échangé aux Bruins de Boston contre Jean-Guy Gendron.  Il y passe l’équivalent de deux saisons et participent à 138 parties régulières.  Il ajoute 26 buts et 21 aides à sa fiche offensive en saison régulière.

Après deux ans avec les Bruins de Boston, il est échangé aux Red Wings de Détroit le 3 décembre 1962 pour Forbes Kennedy. Une production offensive de 20 buts et 22 aides marquera son passage dans la ville de l’automobile au cours des 120 parties régulières.  Ses coéquipiers ont pour nom : Gordie Howe, Terry Sawchuk et le défenseur Marcel Pronovost, un autre shawiniganais…

Lors de l’expansion de la Ligue Nationale de Hockey le 6 juin 1967, il est réclamé par la nouvelle équipe des North Stars du Minnesota. Il y jouera ses 8 dernières parties dans ce circuit.  Sa carrière échelonnée sur dix ans dans la LNH lui aura permis de jouer 556 parties régulières, d’amasser 94 buts et 104 aides pour un total de 198  points et 408 minutes de pénalités.

André Pronovost connaîtra la compétition dans les circuits professionnels mineurs pendant 5 ans, s’alignant tour à tour pour Pittsburgh, Memphis, Phoenix, Baltimore, Muskegon et New Jersey. Il prend finalement sa retraite du hockey à 35 ans en 1971.

Le Nouvelliste du 3 décembre 2009 nous rapporte la confidence suivante d’André Pronovost  pour mettre en évidence son plus beau souvenir du  hockey : «  Mon but en prolongation de la 3è partie de la série contre Détroit au printemps 1958. J’avais reçu une passe de Doug Harvey pour ensuite contourner Marcel Pronovost, célèbre défenseur, et loger la rondelle dans le coin le plus rapproché du filet pour déjouer Terry Sawchuk ».

L’APRÈS-HOCKEY

Une seconde carrière s’ouvre maintenant devant André Pronovost. Il occupe la gérance d’établissements de restauration rapide dans la région montréalaise pendant 25 ans , notamment chez Poulet frit Kentucky et Red  Lobster.

Il dirige l’équipe locale des Dynamos de Shawinigan dans la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec, ancêtres de nos Cataractes, en 1973-1974.  De plus, il dispute une cinquantaine de parties par année avec les Anciens Canadiens et les anciens Pros de Pétro-Canada.

André Pronovost a épousé Marie-Paule St-Germain. Le couple a trois enfants : André Jr (ancienne vedette à la crosse des Éclairs de Shawinigan, lors de la saison estivale 1976), Daniel et Michel. Le couple habite maintenant dans l’ancienne paroisse St-Marc.

André Pronovost  est une légende vivante de notre sport national et un fier shawiniganais.

Sources : Cyrille Gélinas, Histoire de Baie-de-Shawinigan, Shawinigan 2004, p. 422 et 423.
Hugo Lemay, André Pronovost raffole toujours du hockey!, Hebdo du Saint-Maurice, 24 décembre 1999
Bernard Lepage, Le Canadien en 5!, Mauricie Express, 19 avril 2008
Claude Loranger, Propos et confidences de nos anciens Glorieux,
    Le    Nouvelliste, 3 décembre 2009

Omer Lemay, 8 décembre 2009


Date de création : 07/12/2015 @ 18:54
Catégorie : Mémoires Revisitées - En hommage à ...