Vous êtes ici :   Accueil » Olier, Moïsette (1885-1972)
 
 
 
Administration
 ↑  
Activités
Publications
 ↑  
Bibliothèques
 ↑  
Mémoires Revisitées
 ↑  
Généalogie
 ↑  

FEMME  DE  LETTRE

moisette_olier.jpgMoïsette Olier, de son véritable nom Corinne Beauchemin, est née aux Forges du Saint-Maurice, le 30 septembre 1885.  Elle épouse, 1929, le Docteur Joseph Garceau (premier médecin de Shawinigan).  Elle meurt le 17 juin 1972, à Montréal où elle habitait depuis 1944.  Son pseudonyme lui viendrait de son arrière grand-père qui naquit sur le bateau pendant sa traversée vers le Canada.  On l'a baptisé Moïse, d'où le diminutif Moïsette pour sa fille :  quand à Olier, c'était le nom de famille de cet ancêtre né sur les eaux.

Ce qui retient surtout l'attention en ce qui concerne Moïsette, c'est son apport à la vie littéraire de la Mauricie et plus spécialement de Shawinigan.  Entre 1927 et 1936, elle a publié trois romans : ¨L'Homme à la Physionomie macabre¨, qui raconte l'histoire des Forges du Saint-Maurice et ¨Mademoiselle Sérénité¨, ayant pour toile de fond le tricentenaire de Trois-Rivières.

Et enfin, ¨Cha8nigane¨une sorte de long  poème en prose composé de 14 tableaux qui recrée l'histoire de Shawinigan.  Le dernier tableau ¨Visions Nouvelles¨ nous présente le ville telle qu'elle était en 1933.  Moïsette Olier s'est aussi impliquée dans la communauté shawiniganaise en prononçant des conférences sur la nécessité de rechercher des livres ¨qui allument l'esprit¨.

La rue Olier dans le domaine du Havre à St-Charles-Garnier à  Shawinigan porte ce nom, en sa mémoire, depuis 1976, et une baie sur le St-Maurice près du barrage de La Gabelle porte aussi le nom de Moïsette Olier.  Depuis que la Commission de toponymie le lui a attribué, en 1982, à l'occasion de la Journée Internationale des femmes.

Source : Moïsette Olier, femme de lettre de la Mauricie,

 Par Suzanne Lafrenière

 Revisée :  Pierre Matte, octobre 2003


Date de création : 07/12/2015 @ 18:38
Catégorie : Mémoires Revisitées - En hommage à ...